Chrysalides

Nous somme en permanence, consciemment ou inconsciemment, en train d’anticiper, de nous projeter dans l’avenir. Et nous ne cessons de cheminer entre le passé et le futur, dans un présent toujours mouvant, toujours nouveau, toujours insaisissable. Dans Le jeu des possibles, François Jacob* dit : « Notre imagination déploie sans cesse devant nous l’image toujours renouvelée de ce qui va pouvoir arriver, de ce qui est possible. Nous ne pouvons penser à nous sans un instant suivant, mais nous ne pouvons savoir ce que sera cet instant. Ainsi, nous ne pouvons connaître ce qui nous intéresse le plus au monde, ce qui se passera demain. »

Chrysalides questionne la notion du corps comme signe d’identité et l’impossibilité de la représentation photographique de cette identité en constant mouvement qui flotte entre une forme et une autre. Commencé en 2008 et toujours en cours, la série se concentre sur le passage ou la mue du corps de l’enfant vers celui de l’adulte, en passant par l’adolescence. Pour moi, retracer la transformation des corps en revient à considérer plus particulièrement l’essence même de l’humain, son évolution perpétuelle.

À chaque période de notre vie, nous prenons des décisions qui vont exercer une profonde influence sur la vie de la personne que nous deviendrons. Et lorsque, finalement, nous devenons cette personne, nous sommes loin d’être toujours enchantés par les décisions que nous avons prises.

Il est plus facile de se souvenir que d’imaginer. Plus facile de recomposer le passé que d’imaginer un avenir incertain. Et si nous trouvons difficile d’imaginer à quel point et de quelle manière notre personnalité, nos valeurs et nos préférences vont changer, nous pouvons être tentés de préférer l’idée que de tels changements sont peu probables.

Il semble que c’est toujours aujourd’hui que l’histoire s’achève. Nous savons que le monde autour de nous continuera à se métamorphoser, à s’inscrire dans l’histoire, mais nous pensons un moment, à chaque période de notre existence, avoir enfin échappé au travail du temps, avoir échappé à l’histoire, être enfin, aujourd’hui, devenu qui nous sommes. Sans réaliser que nous sommes toujours en permanence en train de renaître, en train de nous transformer, en train de nous réinventer.

Chrysalides explore ces renaissances, ces transformations, ces réinventions.

* Chercheur en biologie.

 

 Chrysalides

We are constantly, consciously or unconsciously, trying to anticipate , to project ourselves into the future. And we continue to journey between the past and the future, in this ever-changing , always new, always elusive. In is book « Le jeu des possibles », François Jacob * said: « Our imagination unfolds endlessly before us always renewed image of what is going to happen, what is possible. We can not think of us without a moment later, but we can not know what will be this time. Thus, we can not know the most important, what interest us, what will happen tomorrow.  »

« Chrysalides » questions the notion of the body as a sign of identity and the impossibility of photographic representation, of this identity, in constant motion that floats between a form to another. Started in 2008 and still in progress, the series focuses on the moves of the body from the childhood to the adult , through adolescence. For me, tracing the transformation of body amounts to considering more particularly the essence of the human being, its constant evolution.

At each of our lives, we make decisions that will have a profound influence on the life of the person we become. And when , finally, we become this person we are far from being pleased with the decisions we have taken.

It is easier to remember than to imagine. Easier to reconstruct the past to imagine an uncertain future. And if we find it difficult to imagine how and how our personality, our values and preferences will change, we may be tempted to prefer the idea that such changes are unlikely.

It seems that it is still today the story end. We know that the world around us continue to transform, to be part of history, but we think a moment, in every period of our existence, having finally escaped the work of time, have escaped history, be finally now become who we are. Without realizing that we are still constantly being reborn, transforming us in the process of reinventing ourselves.

« Chrysalides » explores these revivals, these transformations, these reinventions.

* Researcher in Biology.